Current Size: 100%

Publications

Evaluation des progrès en matière d’inclusion des femmes, des jeunes et du monde rural

2011

L’inclusion, un concept politique qui donne son sens à cette lutte, est un des objectifs majeurs de l’Initiative Nationale pour le Développement Humain.
Reconnaissant cette priorité sociétale et souhaitant apporter des compléments à son analyse des réalisations de l’INDH pour la période 2005-2009, le Conseil de l’Observatoire National du développement Humain a choisi de consacrer son deuxième rapport au thème de l’inclusion. Ce thème figure parmi les cinq «noeuds du futur» identifiés dans le Rapport du Cinquantenaire (RDH 50), les quatre autres étant le savoir, l’économie, la santé et la gouvernance. Ces noeuds correspondent à des problématiques clefs qui font référence aux blocages et aux déficits structurels de notre pays. Sans leur dépassement, le développement du Maroc sera probablement compromis.
Le Rapport Général du RDH 50 reconnaît, en effet, que «le Maroc n’a pas toujours su inclure (…) l’ensemble des composantes de sa société et de son territoire dans son processus de développement. La femme marocaine n’a pas eu toute sa place, loin s’en faut, dans le processus de développement du pays. Le niveau de développement des femmes, en particulier celles vivant en milieu rural, est demeuré préoccupant comme l’attestent le taux
de scolarisation des filles ou le taux de chômage féminin. La première injustice faite aux femmes est l’analphabétisme. (...) Les jeunes non plus n’ont pas eu la place qui leur revient dans notre marche vers le développement. (...) Leur insertion sociale et économique s’est trouvée réduite (...) par la faiblesse de l’encadrement, en matière d’éducation, d’engagement politique et d’activités culturelles et sportives. Ces déficits d’inclusion sont également d’ordre territorial, puisque des régions entières se sont trouvées exclues de l’entreprise de développement. Le monde rural a été largement laissé pour compte, (…) frappé par le chômage, le sous-emploi, la pauvreté, l’analphabétisme, les maladies et des conditions de vie tantôt rudimentaires, tantôt misérables»1. Ce constat du RDH 50 traduit les difficultés de la société marocaine pour assurer le bienêtre de tous ses membres et pour réduire les disparités sociales et spatiales. Il pose en
termes cruciaux la problématique de l’exclusion dans notre pays avec, en toile de fond, la question centrale de la cohésion sociale. Ce questionnement reste d’une actualité prégnante.